Overblog
Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
3 novembre 2016 4 03 /11 /novembre /2016 08:00

Pendant un mois, j'ai repris le chemin des écoliers.

 

Pendant un mois, sac sur l'épaule, porte-bébé dans une main, lunchbox dans l'autre (oui, je déménage quand je vais au boulot)(et je ne vous parle pas des jours de pluie !!), je me suis de nouveau engouffrée dans le métro envahi de tous ces travailleurs, étudiants, touristes et autres voyageurs pressés de ne pas rater leur correspondance avec leur f*cking valise qui t'écrase les pieds ...

 

A la croisée des chemins

Curieusement, cette promiscuité m'avait manqué.

 

Est-ce parce que j'ai passé pratiquement un an sans la côtoyer ? ...

 

... Que le contact humain m'avait un peu manqué (même si je pourrais passer ma journée à n'avoir pour seul contact que ma fille !)

 

... Que finalement c'est aussi ce que j'aime dans ma ville : ce mélange de genres, de couleurs, de styles, de destinations, de pensées du matin, de convictions ... ces échanges de regards et de sourires, qu'ils soient pleins ou vides de sens, encore ensommeillés ou pas encore endormis ? ...

 

Chacun suit son trajet, sans vraiment se soucier de celui de l'autre ... A moins que cet autre ne demande comment aller à tel arrêt, à tel endroit (c'est où la gare ? euh ... laquelle ??).

 

 

A la croisée des chemins

Depuis que j'ai 11 ans, je prends les transports en commun.

 

D'abord les lignes scolaires à l'époque où à cet âge-là, on ne pouvait communiquer en dehors de chez soi qu'avec une carte et une cabine téléphonique ... ce qui a valu à ma mère la plus grande des frayeurs dès mon premier mercredi au collège (une incompréhension sur le fait que je n'avais pas besoin de prendre le bus scolaire alors que je pensais que si et vous obtenez une mère et sa fille en pleine panique à quelques kilomètres l'une de l'autre)(je vous rassure, ça s'est résolu assez rapidement pour l'époque)(2h)(tout de même)(allez gérer ça sans portable, on en reparle !!) ...

 

Puis les lignes classiques, d'abord avec un abonnement bridé où je n'avais droit qu'à certaines lignes, puis avec un abonnement "de grand", me permettant d'aller partout sur le réseau.

 

Les transports en commun sont devenus partie intégrante de ma vie.

 

A l'inverse, mon Homme déteste prendre le bus !! Mais vraiment ! C'est épidermique chez lui ! Ca ne va pas assez vite, il y a trop de monde, ça s'arrête tout le temps, le type derrière pue, la nana devant est en train de se faire les ongles, le gamin tape dans le siège, le papy vient de lui marcher sur les pieds ... De toute façon, du moment que ce n'est pas lui qui conduit, ça le rend dingue !!

 

Au collège, au lycée, à la fac, au boulot, j'organisais ma journée par rapport aux heures de passage de mon bus. Ayant toujours habité en "proche banlieue", j'ai pris des lignes avec une fréquence raisonnable ... Rater mon bus n'a jamais été vraiment catastrophique ... Courir pour l'avoir a été une de mes spécialités pendant loooongtemps !

 

Avec ma fille, ce n'est plus possible ! L'avantage c'est qu'au moins je suis sure d'être à l'heure au boulot !

 

A la croisée des chemins

Mais cette dame qui veut à tout prix monter dans le métro avant que j'ai pu en descendre ... ce jeune homme qui bloque la porte et empêche quiconque de monter ou descendre ... cette gamine qui pose allègrement ses baskets sur le siège face à elle (un jour de pluie !!!!) ... ce type qui ne veut pas bouger des places prioritaires alors qu'une future maman voudrait poser son séant de baleine ailleurs que par terre (ça ne sent pas DU TOUT le vécu !!) ... ces deux ados qui occupent ces mêmes places alors qu'un couple de retraités s'appuient tant bien que mal l'un contre l'autre pour garder le peu d'équilibre qui leur reste ... Ces gens, qui sont-ils ? où vont-ils ? qu'est-ce qui leur passe par la tête pour ne pas penser une seconde que se bouger le train rendrait service à quelqu'un ?? 

 

A l'inverse, il y a ces personnes bienveillantes qui se lèvent tout de suite, ces gentlemen qui vous laissent vous asseoir quand une place se libère et que vous la convoitiez tous les 2, ces chauffeurs qui refusent de démarrer tant qu'il y aura encore un senior debout (et qu'une ribambelle de gamins squattent 60% des places assises), ou que la place prioritaire n'aura pas été libérée pour la personne qui vient de monter et qui en a bien plus besoin que d'autre (ça ne sent pas DU TOUT le vécu {bis}) ...

 

On voit de tout dans les transports en commun. Parfois effrayant (le type bourré du dernier bus qui veut à tout prix s'asseoir à côté de toi et qui te raconte à quel point c'est le plus grand lover de la région, le tout avec le ton plutôt agressif qui ne va pas vraiment avec le discours !), parfois attendrissant (cette petite fille qui dit bonjour avec un grand sourire à chaque passager qui monte), parfois drôle (le petit garçon qui veut s'asseoir mais qui ne comprend pas le principe du strapontin ^^), toujours nouveau ...

 

 

A la croisée des chemins

Je vais avoir 30 ans et je n'ai pour ainsi dire jamais eu de voiture ... Et, pour le moment, ça ne me manque pas !! Alors, vous me direz, je suis exposée aux risques de grève, aux retards injustifiés, aux pannes techniques dans le métro, aux bouchons dans le bus (bon ça c'est valable aussi en voiture) ... Mais voilà, aussi cher soit-il, je tiens à mon abonnement !!

 

Et vous, voiture, transports en commun, vélo, pieds, avion ? ...

 

NDLB : Toutes les photos de cet article proviennent du Projet Gone Underground de François Sola

31 octobre 2016 1 31 /10 /octobre /2016 08:00

Ma troisième dizaine sur Terre s'achève ...

 

Dans quelques jours, une semaine précisément, j'aurai 30 ans.

 

Retourne-toi et regarde

 

Il y a encore peu de temps, cet anniversaire me paraissait très lointain, un avenir très flou. Si ces dernières années, j'ai eu tendance à arrondir mon âge à l'unité au-dessus une fois passé l'été, cette année, pourtant, je n'y arrive pas. Quand on me demande, je réponds encore 29.

 

Je n'arrive pas à me dire que l'espèce de gamine que je suis encore dans ma tête va avoir cet âge que tout le monde trouve "respectable" (pourquoi un âge serait-il plus respectable qu'un autre ?? Regardez les absurdités que Trump est capable de faire à 70 ans pendant que des jeunes de 25 ans créent leur boîte et révolutionnent leur domaine de compétence !!!)(j'ai d'ailleurs quelqu'un dans ma promo du Bac qui est dans cette situation et j'imagine la fierté que ça doit être pour mon lycée vu l'ampleur de son projet).

 

Alors, forcément, autour de nous, tout le monde nous demande ce qu'on va faire, s'il va y avoir une grosse soirée, si on refait une soirée "groupée" comme pour les 30 ans de mon Homme et mes 25 ans ...

 

Retourne-toi et regarde

 

Ce que tout le monde ne voit pas, c'est que j'arrive à mes 30 ans avec une valise de doutes et une montagne d'incertitudes.

 

Ce que tout le monde ne voit pas, c'est que, si je suis heureuse d'être une épouse et une mère, je suis en revanche archi complexée et vide de confiance en moi quand il s'agit d'aborder la question professionnelle et ma vie de femme.

 

J'ai toujours été dans la moyenne. Jamais au-dessus, parfois en-dessous. J'étais le "ventre mou" du classement, la "classe moyenne" du monde étudiant, ni vraiment douée, ni vraiment mauvaise. Je pouvais avoir un 13 et me taper un 8 avec la même redoutable efficacité !

 

 

Retourne-toi et regarde

Je n'ai jamais été couverte de compliments sur mon apparence ou mon caractère. Je ne m'habillais pas à la dernière mode, j'ai eu l'acné ingrate, j'ai eu un appareil dentaire et même un corset complètement difforme pour ma scoliose, j'étais complexée, susceptible, naïve ... bref, tout pour être le dindon de la farce, celle dont on se moque pour un rien, juste parce qu'elle a ouvert la bouche. En 6ème, j'ai fait l'erreur d'arriver un jour d'été avec un short en imprimé cerises et un polo au col assorti ; je crois que ça a été l'une des pires journées de ma vie de collégienne ... et aussi peut-être le déclencheur de "tiens, Ginie ferait un excellent bouc émissaire" ...

 

Certes, au fil des années, on a pris ma défense. La première à l'avoir fait est d'ailleurs l'une de mes témoins de mariage et ma première véritable amie. Mais la méchanceté est gratuite à cet âge-là et dès que je me retrouvais seule, ça ricanait ouvertement devant mes nouvelles lunettes, ma nouvelle coupe de cheveux, mes nouvelles chaussures ... Je ne sais pas si c'était du harcèlement comme on l'entend aujourd'hui mais on en était sûrement pas loin. Aujourd'hui, j'en veux encore à ceux qui m'ont fait vivre ça.

 

Retourne-toi et regarde

 

Si j'ai rapidement abandonné l'idée d'être entourée de beaucoup d'amis, je me suis accrochée à mes objectifs d'étude. Ca n'a pas été simple du tout, j'ai cru craquer plusieurs fois, changer de voie souvent, tout plaquer parfois ... Mais je suis allée jusqu'au bout, sans vraiment réaliser ni comprendre comment j'arrivais au dessus de la moyenne mais le résultat était là ... C'est justement ça qui aujourd'hui me fait douter de mon avenir professionnel.

 

Je ne regrette pas une minute d'avoir quitté mon ancien boulot, il en allait de ma santé mentale mais parfois je me dis "au moins, j'avais un boulot stable, un revenu correct (sans casser trois pattes à un canard, loin de là !) et une vie sociale" ... Depuis quelques mois, une fois passé les charges et la nounou, je n'ai pour ainsi dire plus rien ; je finis tous les mois à découvert et heureusement que MBM nous prépare régulièrement des petits plats, pour MiniZ et/ou pour nous parce que parfois je me demande comment on mangerait !

 

Je ne suis pas bonne gestionnaire, au grand désespoir de mon Homme, je ne suis pas bonne cuisinière au grand désespoir de mon cordon-bleu-de-mère, je ne suis pas bonne ménagère, au grand désespoir de ... moi (les féministes, lynchez-moi !).

 

Retourne-toi et regarde

 

Mais quand je me retourne, je vois aussi de belles choses :

 

- mon bac, mon code et mon permis du premier coup ;

- mon Master 2

- mes complexes réduits à peu de choses et que j'arrive parfois à taire complètement ;

- l'organisation de mon mariage (qui n'a pourtant rien à voir avec ceux qu'on voit sur les blogs dédiés)

 

Je vois aussi de belles personnes :

 

- ma meilleure amie, même si la distance a quelque peu modifié notre façon de concevoir notre amitié

- mes témoins A et R, surtout R d'ailleurs, dont la place dans ma vie ne fait plus aucun doute

- ExCollègueEnOr et ExResponsableEnOr qui, chacune à leur façon, m'ont accompagné tout au long de ma grossesse pour que je ne flanche pas face à ExPatronTropCon et qui m'ont soutenu lorsque l'heure de partir a sonné

- ces personnes entrées par hasard dans ma vie mais qui y restent parce que le positif d'où qu'il vienne est toujours bon à prendre

- mes cousins, dont je me rapproche d'année en année ; nos différences d'âge, qui m'ont paru abyssales pendant des années, ne représentent désormais plus rien, ce qui rend les réunions de famille chaque fois plus agréables. Nous devenons parents les uns après les autres et ça rapproche, vraiment !

 

Retourne-toi et regarde

 

J'ai conscience que ce bilan est plombé par mon mal-être actuel ... Peut-être que dans quelques temps, je pourrai écrire un bilan où il ressort d'avantage de positif. Ici, c'est mon éxutoire, j'ai le droit de faire ma schyzo d'un article à l'autre nanméo !!

 

Et vous, les "milestones" ça vous fait réfléchir ?

Published by Ginie
commenter cet article
26 octobre 2016 3 26 /10 /octobre /2016 06:30

L'année dernière à la même époque, il ne restait littéralement plus que ça de notre maison.

 

Quatre murs et un toit ...

 

Plus de sol, si ce n'est celui de la cave.

Quatre murs et un toit

"Au moins si des cambrioleurs sont tentés de rentrer, ils n'iront pas loin !!" disait mon Homme face au vide qui s'offrait depuis la porte d'entrée.

 

"J'anticipe !! Comme ça le jour où on fait un étage ... paf ! Il y a déjà une porte !" ça c'était plutôt ce que je disais quand je regardais, de la cave, la même porte d'entrée (chacun ses références) !!

Quatre murs et un toit

 

Avec mon bidon tout rond de l'époque, je n'ai pas beaucoup assisté aux travaux. Mon Homme prenait des photos à chaque passage sur le chantier, pour que je mesure l'avancée de l'un de nos plus gros projets communs  (plus gros que mon ventre, si si !!).

 

Fin octobre 2015, la phase "démolition" était achevée.

 

"Bon, c'est là qu'on a intérêt à ne pas s'être planté, sinon, on a plus de maison !!"

 

Voilà ! Merci mon amour de me rassurer !!

 

Pour vous donner un ordre d'idée, voici un aperçu de ce qu'il y avait à faire :

 

- couler une dalle béton sur ... 80% du rez-de-chaussée (rien que ça !)

- changer toutes les fenêtres

- créer des velux

- refaire tous les circuits eau et électricité

- créer deux balcons (un à la cuisine, un dans notre chambre)

- poser du placo dans toutes les pièces

- créer un escalier pour accéder à la cave et aux chambres

...

 

Et je n'ai pas tout listé, il y a de quoi avoir le tournis !

 

Inutile de vous dire à quel point ça a pu être long !

Quatre murs et un toit

Nous en avons tous souffert, chacun à notre façon.

 

Mon Homme a souffert de devoir gérer son boulot et le suivi des travaux. Nous avions plus ou moins confié la maîtrise d'oeuvre à un ami qui gérait en plus l'un des corps de métier présent sur le chantier. S'il a très bien géré sa spécialité (et même plus), il a clairement manqué d'organisation dans sa coordination entre les artisans et nous nous sommes plusieurs fois retrouvés avec des ouvriers ne pouvant intervenir car d'autres n'avaient pas terminé. A mi-parcours, mon Homme a repris le rôle à son compte et, même s'il a pu passer pour le client hyper pénible qui veut tout maîtriser, les choses se sont bien débloquées et (surtout) bien terminées.

 

J'ai souffert de ne pas avoir toutes mes affaires avec moi pour m'accompagner dans mes premiers pas de maman. Je n'avais emporté que le strict minimum (= de quoi traîner tranquillement en mode "congé maternité tranquillou"), pensant que nous serions rentrés au printemps. Mais, comme ça n'a pas été le cas, j'ai eu le sentiment de m'être réduite à ma seule dimension de "maman". Trouver des vêtements dignes de ce nom à la reprise du boulot (même si ça n'a duré qu'une semaine) a été épique !! Ma sage-femme était d'ailleurs convaincue que ma déprime trouvait aussi son origine dans le fait de ne pas être chez moi, de savoir que le petit nid douillet mais vieillot que nous proposions à notre fille n'était que temporaire et de s'empêcher de prendre  des repères en sachant que nous ne resterions pas ...

 

De mi-septembre 2015 à mi-juillet 2016, nous n'avons donc pas vécu chez nous ...

 

Le retour a donc logiquement été un immense bonheur.

Quatre murs et un toit

Tant de cloisons démolies et enfin une maison bien isolée et pleine de lumière, avec des pièces mieux distribuées où chacune a enfin son utilité !

 

J'ai mis du temps à réaliser que cette maison était bien celle dans laquelle nous vivions depuis 5 ans (en ce qui me concerne) et que c'était bien cette même maison qui avait vu naître ma belle-mère et tous ses frères et sœurs.

 

MiniZ a adopté cette nouvelle maison avec une facilité déconcertante. Le jour où on lui a fait découvrir sa chambre, elle a passé de longues minutes à regarder cette immense pièce baignée de lumière, comme pour se l'approprier correctement.

 

Nos proches ont tous halluciné en visitant notre nouveau chez-nous.

 

"Mais ... c'était quoi ça avant ? / Attends, là, on est à tel endroit ! / Oulala, je suis perdu !! / Mais c'est complètement dingue ! / WwwooowwW (celle-là je crois que celle qu'on a le plus entendu !!)

 

Bref, on est rentrés chez nous et comme dirait l'autre : c'est bon pour le moral !!!

24 octobre 2016 1 24 /10 /octobre /2016 06:30

Tu verras, ce n'est que du bonheur !

 

On se demande comment on faisait avant ...

 

Tu sauras faire, c'est instinctif !

 

...

Remonter à la surface

 

Parce que non contente d'avoir une fille presque parfaite (je vous raconterai ça un jour)(mais pas maintenant, il paraît que je parle beaucoup trop d'elle), je suis loin de l'avoir été moi-même en tant que mère et aussi en tant que femme (au sens large).

 

Parce que l'arrivée de notre fille a été un tel bouleversement que nous avons failli ne pas nous en relever ... Aujourd'hui encore, l'équilibre est précaire. Les failles qui existaient avant se sont agrandies et nous placent régulièrement au bord d'un gouffre qui nous terrifie l'un comme l'autre car nous n'avons aucune envie de savoir ce qui s'y cache ... Même si parfois j'ai l'impression que mon Homme veut franchir le pas et m'entraîner inéluctablement avec lui ...

Remonter à la surface

 

Non, ce que j'écris n'est pas drôle, pas très léger, pas très "blogable" mais j'ai besoin de l'écrire, que ça sorte d'une manière ou d'une autre. En parler, je l'ai fait, peut-être pas assez ou peut-être pas correctement ...

 

Ma fille est mon plus grand bonheur. La regarder grandir, la regarder dormir, la regarder quoiqu'elle fasse est une joie de chaque instant.

 

J'ai appris à aller à son rythme, pas à en lui imposer un (n'en déplaise à son père ...) Je savais que je n'arriverai pas à adopter tous les principes de la motricité libre mais j'ai essayé de m'en inspirer, tout en continuant l'haptonomie post-natale par mes propres moyens, n'ayant pu faire que les 3 premières séances avec ma sage-femme (celle des 9 mois est passée à la trappe).

 

J'ai agi au radar, pensant à ce que j'allais lui faire à manger pour le lendemain, où j'en étais de son linge, du rangement de sa chambre, du suivi de sa taille de vêtement, de ses rendez-vous chez le médecin (généraliste, qui suit mon Homme depuis sa naissance !) ... J'ai essayé de garder notre maison en état d'accueillir un bébé qui se déplace et fouille partout ...

 

Mais je me suis oubliée ... Et quand j'ai repris le boulot, il y a un mois, le peu que j'avais réparé en moi s'est à nouveau fissuré et le doute en a profité pour se re-glisser là où on avait commencé à colmater les brèches. La procrastination ma meilleure amie de toujours s'est tapée l'incruste et j'ai recommencé à prétexter la fatigue pour remettre au lendemain ce qui aurait dû être fait hier !

 

Les questions que je me posais avant même d'être enceinte sont revenues ...

Remonter à la surface

 

Je manque clairement de confiance en moi. La dernière fois où je suis arrivée à ne pas me laisser marcher sur les pieds c'est pour quitter mon précédent boulot ... mais sinon, je ne trouve pas, j'ai toujours été la bonne poire de service, qui dit oui à tout et qui se prend des murs en retour. Je me suis imaginée des amitiés qui n'était que de l'intérêt, je me suis trop investie dans des projets qui finalement tombaient à l'eau ... Et quand j'ose hausser le ton, on me demande pourquoi je m'énerve !!

 

Ces derniers mois, j'ai beaucoup pleuré. Ma susceptibilité est redevenue celle de l'ado de 15 ans complexée, à fleur de peau et prenant donc tout au pied de la lettre que j'étais. La moindre remarque me braquait, une petite taquinerie et je me refermais comme une huître ... Et j'aime pas les huîtres !!!

Remonter à la surface

 

Le tableau paraît très noir, j'en suis consciente.

 

J'essaie d'y rajouter de la lumière, je devrais faire ce que certaines d'entre vous font : noter des petits bonheurs quotidiens, pour me rendre compte que le soleil a encore de la place dans tout ça ... Et qu'il passe par autre chose que ma fille !

 

J'aurais voulu écrire autre chose, faire un pavé sur des histoires bien plus mignonnes, bien plus agréables à lire. Mais je ne vais pas encore complètement bien. Quand on me pose la question, je réponds que j'ai fait un baby-blues mais que ça commence à aller mieux. Méthode Coué ? Je ne sais pas, je ne suis même pas sûre de convaincre mes interlocuteurs quand je dis ça. Mon Homme me porte à bout de bras depuis 10 mois et je sens qu'il fatigue.

 

Mais je sais que ça ira mieux ... Le tout est de savoir quand ...

13 septembre 2016 2 13 /09 /septembre /2016 06:30

Des mois que j'écris de façon décousue ...

Des mois que j'écris sans trop savoir pour qui, pour quoi ...

Des mois que j'ai envie d'écrire sans savoir par où commencer ...

Alors, cette fois, je vous laisse décider (si vous n'avez pas perdu l'adresse ...) : de quoi voulez-vous que je vous parle ? La maison ? MiniZ ? Moi ? Autre chose ?

J'attends vos réponses ;-)

Et vous, comment allez-vous ?

Published by Ginie
commenter cet article
2 juin 2016 4 02 /06 /juin /2016 06:30

Avant mon congé maternité ... Oh wait ... Non, je recommence ...

 

Quand j'ai eu mon entretien annuel (en mars 2015), mon patron, jamais avare d'énormités plus grosses que lui, n'a pas hésité à me décrire un joli plan de carrière sur 2-3 ans, avec voiture, statut cadre et la marmotte bla bla bla ...

 

... C'est là qu'est arrivé la phrase qui tue, celle qui m'a laissé comme deux ronds de flan dans mon fauteuil, celle qui m'a liquéfié sur place et privé de toute sens de la répartie :

 

"Bien entendu, tout cela n'aura plus lieu d'être si un bébé pointe le bout de son nez dans l'année !!!"

WTF ???!!!

WTF ???!!!

Vous ne savez pas quoi dire ?! Moi non plus !!

 

Je suis restée plantée là à l'écouter faire semblant de me vendre du rêve, car nous savions l'un comme l'autre que tout cela n'était que du vent.

 

En sortant de cet entretien, j'ai juré à CollègueEnOr que non seulement ça me donnait encore plus envie de tomber enceinte mais ça me donnait surtout envie de claquer la porte au plus vite !

 

MiniZ a décidé de s'installer dans mon ventre une semaine plus tard ... Comme un signe, comme pour me dire "oui maman, la réalité suite est ailleurs !"

Et choisir de partir ...

Quand j'avais intégré ce cabinet, je m'étais dit que sa petite taille (nous étions 3 en plus de mon patron) serait certainement synonyme de proximité, de bonne ambiance, d'atmosphère "familiale", d'échanges omniprésents du fait de la polyvalence attendue de la part de chacun ...

 

Malgré la pseudo bienveillance de mon patron tout au long de ma grossesse, j'ai senti que quelque chose avait changé. Avec du recul, je pense qu'il m'avait imaginé comme une carriériste pas pressée d'être mère, un peu comme ma responsable, qui ne cache pas son non-désir d'enfant. Mais voilà, être mère était une envie très forte, que je savais présente (Dieu sait si j'en ai pu en parler) mais qui s'est vraiment imposée à moi lors de notre préparation religieuse au mariage il y a 2 ans, lorsqu'il était mis l'accent sur le fait que toute famille avait pour origine un couple et qu'il ne fallait pas l'oublier ; j'avais alors regardé mon Homme et réalisé à quel point je souhaitais être mère et surtout qu'il soit le père de mes enfants.

 

Ce désir de maternité a également éveillé des envies de changements professionnels, de trouver un poste plus cohérent avec mon envie d'équilibrer vie privée et boulot.

 

Au cours de mon congé maternité, j'ai contacté des recruteurs, ai été contacté par des recruteurs, j'ai passé des entretiens ... Il est apparu comme une évidence que mon poste n'était plus fait pour moi. Sur le fond et sur la forme (pardon, déformation professionnelle !). Et surtout, j'ai réalisé que j'avais perdu toute confiance en moi. Il fallait que je me détache de ce cabinet, de mon patron !

 

Mon entourage a été parfait, me soutenant de bout en bout. Disons que le portrait peu élogieux que je peignais de mon patron depuis plusieurs mois (années ??) a aidé. Ma (merveilleuse) sage-femme a été une oreille très attentive pendant ma rééducation, évoquant le fait que cet homme était un manipulateur, voire un pervers narcissique ... 

Et choisir de partir ...

Début mai, j'ai pris conscience que j'allais devoir y retourner ...

 

Avec mes dernières lueurs de naïveté, j'ai cru que mon patron accepterait de prendre en compte mes demandes vis à vis de MiniZ, ma volonté de trouver cet équilibre nécessaire à mon bien-être ...

 

Comme je l'ai dit, je suis naïve !!

 

En revanche, je n'ai pas oublié de défendre mes intérêts.

 

Et j'y ai trouvé mon compte.

 

Mi-juillet, mon contrat sera officiellement rompu.

 

L'été pour souffler ... L'été pour me reposer ... L'été pour réfléchir ... L'été pour espérer que cet entretien passé il y a un mois se concrétise à la rentrée (et c'est plutôt bien parti !).

 

Je tourne sans regret une page de ma vie professionnelle.

Et choisir de partir ...

J'écris aussi une nouvelle page de ma vie privée. Pendant quelques mois, je le sais, je l'assume, je vais être au foyer. Après discussion avec mon Homme, nous avons fait le choix de laisser MiniZ chez sa nounou pour les prochains mois car la probabilité que je retrouve du boulot à la rentrée est quand même assez élevée. Certes, nous allons nous serrer la ceinture mais ça ne sera que d'un cran et peut-être pas pour longtemps ...

 

Ce temps libre va me permettre de préparer notre retour chez nous (oui, enfin, les travaux touchent à leur fin !), de préparer nos vacances, de me mettre sérieusement en cuisine pour accompagner MiniZ dans la diversification alimentaire (qui pour le moment est un succès)(carottes power !!!!)(brbrbrbrbr ... ah pardon, MiniZ a pris le micro !)(je sors) et organiser le rééquilibrage alimentaire dont mon Homme et moi avons plus que besoin, d'organiser et ranger cette maison qui sera enfin notre chez nous (et qui fascine toute la famille de mon Homme).

 

Dans un mois et une semaine, je ne serai plus salariée de ce cabinet ...

Libéréééeee délivréééeee (de rien, c'est cadeau)(je suis déjà sortie)

Libéréééeee délivréééeee (de rien, c'est cadeau)(je suis déjà sortie)

Et vous, ça va ?

Et vous, ça va ?
Published by Ginie
commenter cet article
4 mai 2016 3 04 /05 /mai /2016 06:30

J'ai mis du temps à mettre des mots sur mon accouchement ...

J'ai mis du temps à comprendre l'ampleur du chamboulement que l'arrivée de ma fille avait provoquée ...

Une mini-tornade en forme de Z

Pourtant, je n'ai pas mis beaucoup de temps à la mettre au monde cette petite princesse ...

 

J'avais une date en tête, je lui avais dit que j'étais prête, qu'on était tous prêts à l'accueillir ... Et ma Mini s'est montrée très obéissante !!

 

 

Notre dernier selfie à 2 ...

Notre dernier selfie à 2 ...

Une nuit blanche de contractions ... Un départ à la maternité en douceur (mon sac était dans le coffre depuis 2 jours) ... La joie de mon frère au téléphone ... Le CD offert à mon Homme pour son anniversaire qui tourne en boucle dans la voiture et dans ma tête ... "We keep this love in a photograph ... We make this memories for ourselves ..."

 

"Vous contractez toutes les 5 mn depuis combien de temps déjà ?

- Euh ... 3h ... (regard surpris de la sage-femme)(il est 5h45)

- Et bien ... vous êtes à 2 large ! Habillez-vous, on passe en salle d'accouchement !"

 

Comme un signe, la salle où aura lieu la plus belle des rencontres a un mur orange ... la couleur préférée de mon Homme !

Vachement plus mignon que le berceau en plastique qui l'attendait !

Vachement plus mignon que le berceau en plastique qui l'attendait !

Je commence par refuser la péridurale, je suis une warrior, je vais gérer, j'expire profondément, je prends possession de la pièce, je me projette, je répète les exercices d'haptonomie, je suis une champi... Aaaaaaaaah !!!!!!!

 

La warrior-de-mes-deux a fini par craquer au bout de 15 mn ! Quelle délivrance ! J'ai toujours été honnête, je suis une petite nature, je suis admirative des mamans qui gèrent de A à Z sans assistance. Quand on m'a posé la question de la péri, j'ai dit oui sans hésiter. Et quand le produit a commencé à faire effet, me faisant ressentir les contractions sans douleur, je n'ai pas regretté une seconde.

 

Jusqu'au bout, on a laissé la puce descendre d'elle-même, j'ai même pu l'accompagner comme me l'avait montré ma sage-femme en hapto en la guidant avec mes mains, en respirant de mon mieux ... Tout en flippant de toutes les fibres de mon corps face à cette aventure qui commençait pour moi, pour nous ...

La charlotte sur la tête, c'est cadeau ^^

La charlotte sur la tête, c'est cadeau ^^

1 ... 2 ... 3 contractions ...

 

1 ... 2 ... 3 poussées à chaque fois ...

 

7 minutes ...

 

7 petites minutes d'effort, de dents serrés, de respiration contrôlée, de "allez, vas-y ma puce, elle arrive !", de "j'en peux plus, j'en peux plus !" (la cruche qui dit ça à la dernière poussée)

 

Et soudain, le vide qui se fait en moi et l'espace autour de moi qui se remplit au même moment de ce petit corps encore tout chaud de moi, du magnifique cri poussé dès sa tête posée contre moi !

Avouez, elle était facile celle-là !!

Avouez, elle était facile celle-là !!

MiniZ et moi avons vécu un premier mois fusionnel, à base de dodos dans mes bras la journée, de longues tétées, d'angoisses dès qu'elle se mettait à pleurer ...

 

Mais, tout aussi nécessaire soit-elle, cette fusion m'a coupé de tout, créant une bulle autour de ma fille et moi, me faisant occulter tout le reste et empêchant quiconque d'y entrer, même mon Homme qui pourtant voulait m'aider, passer du temps avec sa fille.

 

Alors, quand MiniZ a eu un mois et demi, il a tapé du poing sur la table : "Tu te rends compte qu'à part notre fille, rien ne va ??!!!"

 

Cette phrase a ouvert les vannes et à partir de ce moment-là, j'ai beaucoup pleuré, je me suis posée des questions, j'ai cherché des réponses, j'ai fui d'autres questions en me réfugiant dans le regard de ma fille ...

 

J'ai eu la chance d'avoir un entourage au top. Mes proches se sont montrés très présents et compréhensifs, ma fille a été un amour (elle l'est toujours, je vous rassure), évitant tous les désagréments qu'un nouveau-né peut rencontrer, faisant ses nuits, comme par hasard, au moment où j'ai ouvert les yeux, souriant de plus en plus ...

Une mini-tornade en forme de Z

Ma petite merveille a été un anti-dépresseur.

 

Samedi, MiniZ aura 5 mois. C'est véritablement un ange, qui dort très bien ... mange bien (notre dernière tétée s'est achevée en douceur, MiniZ s'étant endormie au sein, comme elle aimait le faire au début, comme pour boucler la boucle) ... gigote comme un petit asticot ... essaie de plus en plus de se retourner ... rit aux éclats avec son papa ... adore qu'on vienne la chercher dans son lit le matin ... qu'on lui tripote les pieds ... est amoureuse de son petit nounours rouge et de son lapin rose ...

 

MiniZ réalise ses premières fois les unes après les autres à son rythme. Je n'ai jamais vraiment cherché à comprendre comment fonctionnait la motricité libre, quelle ligne de conduite j'allais suivre pour élever ma fille ... et puis, je me suis dit qu'y aller à l'instinct était la meilleure des options. Du coup, je la regarde évoluer, prendre conscience de son corps, manger ses mains, attraper ses pieds, lancer sa tête en arrière pour se retourner, tirer la langue, rire aux éclats quand on lui mange le ventre ... 

 

Pour être originale, elle a rajouté à la liste des premières fois son premier accident de voiture !! Juste de la tôle froissée, mais une énorme frayeur pour nous et surtout un message important : NE PRENEZ PAS LE VOLANT QUAND VOUS AVEZ BU !!!!!!!

 

J'ai mis beaucoup de temps à écrire cet article ... Peut-être trouverai-je plus de temps pour en écrire d'autres afin de vous parler des progrès de notre merveille (ou pas) ... des travaux impressionnants de notre maison qui prendront encore 2 mois (ou pas) ... de la possibilité qui s'offre à moi de quitter mon boulot rapidement (ou pas) (quoique là, c'est bien possible que je vous en parle vu le soulagement que ça va être si ça se fait !) ... Bref, je prendrai peut-être le temps de dépoussiérer ce blog ou je continuerai à raconter ma vie sur FB et Instagram comme je le fais depuis des mois et je redeviendrai la simple lectrice que j'étais il y a 5 ans avant de démarrer ce pêle-mêle ...

 

Mon aventure de maman a commencé, je nous la souhaite la plus belle possible !

25 août 2015 2 25 /08 /août /2015 06:30

 

Pendant mes trop courtes vacances, j'ai peu consulté Internet et quand je le faisais, je me limitais beaucoup à Facebook et Instagram, je dois bien l'admettre.

 

Et puis, j'ai vu passer cet article de la Journaliste. J'aime beaucoup la douceur qui ressort des textes et des photos de cette blogueuse (une de mes préférées, je dois l'avouer). Mais cet article a fait tilt en moi.

 

J'écris depuis plus de quatre ans et demi pour le plaisir. Je n'ai jamais cherché à me faire de la pub ou à être une de ces blogueuses "influentes"  car je n'ai ni le temps ni le talent pour ça et, il faut l'admettre, je ne sais absolument où il faut aller pour attirer l'attention d'untel ou d'unetelle, ni gérer un blog plus loin que du traitement de texte et de l'insertion de photo.

 

Je ne serai pas une maman Internet

 

Dès le départ, j'ai abordé mon blog comme un modeste lieu d'échange, comme un moyen pour moi de poser par écrit ce qui se bousculait dans ma tête. Je me suis inscrite sur Hellocoton, Facebook et Instagram pour partager "autrement" mais à aucun de ces endroits, je n'ai cherché (à tort ?) à intégrer telle ou telle communauté, tel ou tel groupe ...

 

Maintenant que je suis sur le point de devenir mère, je découvre que je n'ai pas forcément eu tort ...

 

 

De l'intérêt de rester à l'écart ...

De l'intérêt de rester à l'écart ...

 

Et cet article, donc, m'a interpellé. J'avais déjà lu que certaines polémiques (à chaque fois je les découvre quand elles sont terminées) naissaient pour un mot de travers mais se faire juger gratuitement parce qu'on a fait un choix plutôt qu'un autre, je l'ai joué Ginie-au-pays-des-Bisounours en me disant "comment peut-on se permettre de faire ça ? qui est cette personne pour décréter qu'il faut faire comme ça et qu'autrement ce sera de toute façon nul ?!!!"

 

Quand j'avais annoncé il y a quelques temps que je prenais du recul avec la blogo, j'avais dit que je reviendrai peut-être le jour où je m'apprêterai à passer du côté obscur de la blogo maman ... Et bien non, je ne reviendrai pas plus !!

Je ne serai pas une maman Internet

 

Les débats allaitement court / long / mixte / exclusif / biberon, petits pots maison / déjà prêts / bio ou pas, couches jetables / lavables, portage ou pas, Montessori ou pas ... me fatiguent d'avance. Il y a des moments, quand je vois certaines mamans s'insurger sur telle ou telle pratique parce que ça ne correspond à l'éducation choisie pour leur(s) propre(s) enfant(s), j'ai juste envie de dire "Foutez-lui la paix b*rdel !!! Ce n'est pas comme ça que vous allez apprendre la tolérance à votre enfant !!"

 

Les choix que je ferai pour ma fille ne regarderont que moi (et son père), que j'accouche sous péridurale ou non, que j'allaite ou non, peu importe les couches qu'elle portera, les petits pots qu'elle mangera, la couleur des vêtements qu'elle portera, les jouets qu'elle aura ! J'ai déjà assez à faire avec les deux grands-mères pour en plus voir des mères me tomber dessus juste parce que j'aurai craqué sur un pyjama rose !

Et tac !!

Et tac !!

 

 

Alors, non, je ne serai pas une maman Internet ! Je continuerai à écrire quand bon me semblera, sur ce qui me fait plaisir et ne comptez pas sur moi pour participer à ces débats à mon sens inutiles et stériles !! S'il y avait une seule bonne méthode d'éducation, ça se saurait. 

 

Chacun fait de son mieux et si ma fille doit manger des petits pots achetés en magasin et les rendre dans des couches jetables en salissant son fameux pyjama rose, elle le fera, na !!

Published by Ginie
commenter cet article
28 juillet 2015 2 28 /07 /juillet /2015 06:30

Comme je vous l'ai déjà expliqué, notre maison va très bientôt devenir un véritable chantier.

 

Lentement (très lentement, même ...), les cartons se remplissent. On repousse certains achats pour ne pas s'encombrer, on range un peu mieux histoire de s'y retrouver au moment d'emballer ... Dimanche, je me suis retrouvée à faire un carton sur lequel j'ai simplement écrit Bougies" ... Emballer tous ces morceaux de cire de forme plus ou moins ronde, cylindrique ... m'a fait penser (enfin un en particulier) à la chambre de la Mini (ah oui, je ne vous ai pas dit : c'est UNE Mini !!!).

 

On s'amuse comme on peut !!

On s'amuse comme on peut !!

 

Avant même de tomber enceinte, j'avais des envies précises pour les chambres de mes enfants (non je ne compte pas m'arrêter à un !). Et l'une de ces envies était de faire un thème autour de cette île qui me berce depuis mon enfance, cette île dont je parle un peu beaucoup trop chaque année lorsque le départ est imminent, cette île où nous passerons encore !!! 10 jours en août ...

 

Bref, l'Ile de Ré !

 

 

Et dire que cette peinture au numéro, je l'ai chez moi !!

Et dire que cette peinture au numéro, je l'ai chez moi !!

 

Si certains éléments de décoration sont déjà trouvés dans notre déco existante (un tableau, une lampe et donc ... une bougie !), je compte bien profiter de mes escapades rétaises pour trouver de quoi être dans le thème : du bois flotté, une aquarelle de Deschamps, un beau coffre à jouets, une jolie guirlande ... Les idées ne manquent pas le budget un peu plus !

 

Et aller chercher l'inspiration ailleurs

Cette recherche d'inspiration ne va toutefois pas s'arrêter à la chambre de notre fille.

 

Cette année, plus que les autres, la tension aura été à son comble au boulot. J'ai découvert le sens de l'expression "diviser pour mieux régner", qu'une fois encore, j'avais donné ma confiance trop vite, qu'il ne suffisait pas d'être très nombreux pour que les soupçons s'éveillent ... que ce boulot n'était plus fait pour moi en somme !! Ces vacances vont être un moyen de décrocher, de penser à autre chose, de ne plus me demander quelle tuile m'attend le lendemain ou de quelle humeur va être mon patron.

 

Depuis mon entretien annuel, je sais que nous ne sommes plus sur la même longueur d'ondes, que mes projets ne pourront jamais être cohérents avec la pseudo-dynamique qu'il souhaite donner à sa structure ...

 

 

Et partir vers de nouveaux horizons ...

Et partir vers de nouveaux horizons ...

Comme disait l'autre, le changement c'est maintenant ... Pour moi, il viendra surtout l'année prochaine.

 

Et puis qui dit recherche d'inspiration dit peut-être nouvel élan par ici ... Mais ça je n'en suis pas sûre ...

 

Bon bah je repasserai plus tard hein ...

Bon bah je repasserai plus tard hein ...

Et vous, des recherches d'inspiration en ce moment ?

24 juin 2015 3 24 /06 /juin /2015 06:30

Un chantier dedans ...

 

Un chantier dehors ...

 

Un chantier où l'on construit ...

 

L'autre où l'on démolit ...

 

 

On est modeste ... ou on ne l'est pas !!!

On est modeste ... ou on ne l'est pas !!!

J'avais dit il y a quelques temps que 2015 promettait d'être une année chargée ... Elle l'est finalement encore plus qu'on ne l'imaginait !

 

L'un des chantiers était bel et bien prévu pour cette année ... L'autre, j'en étais persuadée, arriverait quand le premier aurait commencé ...

 

Au lieu de ça, notre Mini s'est installé avant même que l'architecte n'ait eu le temps de commencer ses mesures !

 

Au lieu de découvrir notre nouveau chez-nous à 2, nous le ferons à 3. D'une certaine façon, je suis heureuse que les choses se fassent comme ça.

Comment gérer deux chantiers à la fois

 

J'avais lu qu'une grossesse permettait de faire du tri, dans ses idées, dans ses affaires, dans sa vie ... Le fait que ces travaux impliquent un mini-déménagement de quelques mois va m'aider à faire ce tri.

 

J'ai une quantité d'affaires (bibelots, vêtements ...) qui ne vont plus me servir alors autant en profiter pour les donner, les vendre, les recycler. Des exemples ? En voici, en voilà !

 

Avec CollègueEnOr, on a admis que finalement, garder nos cours de fac ne servaient à rien, la grande majorité des principes appris à l'époque ayant subi des réformes. On commence toujours par les garder en se disant "ça pourra servir un jour" ... et puis ça ne ressert jamais !!

 

Mes cours, rassemblés en trieurs et en classeurs, occupent une partie d'un meuble dont je voudrais réaménager l'intérieur ... Ne garder que les contenants et pas le contenu va me permettre une bonne fois pour toute de trier mes papiers (bonjour, je m'appelle Ginie, j'ai 28 ans et je n'ai JAMAIS trié mes papiers, je sais juste qu'ils sont TOUS dans la même boîte ... Bonjour Ginie !)(là j'ai un flash de panique et je vois un épisode de Scènes de ménage où Marion cherche un papier super important dans une boîte qui contient toute sa vie depuis ses ... 15 ans !!!) et de m'y retrouver plus rapidement au lieu (par exemple)(complètement par hasard) de courir aux impôts la veille du dernier jour pour déclarer parce que je ne trouve plus mon mot de passe (non, ce n'est pas du tout ce qui m'est arrivé il y a 15 jours !).

 

 

Ah non mais ça c'est rien !!!

Ah non mais ça c'est rien !!!

J'ai encore plein de choses dont je peux me débarrasser.

 

Une grande surface à côté de chez mes parents organise régulièrement une collecte de vêtements pour des associations, avec bons d'achat à la clé en fonction du poids apporté, par exemple. Vu ce que je ne porte plus, ça pourrait être une piste intéressante pour commencer à habiller le Mini ...

 

Et puis, l'idée que nous nous faisons de notre nouveau chez-nous ne s'associe pas vraiment avec "bazar-partout-qui-traîne-partout-par-terre-purée-Ginie-c'est-quoi-ce-b*rdel-encore" (oui, la b*rdélique à la maison c'est moi, le maniaque, c'est l'Homme !).

 

Comment gérer deux chantiers à la fois

L'arrivée du Mini me fait aussi prendre conscience que je n'ai pas envie de l'accueillir dans une maison où rien n'est à sa place après mon passage. Nous souhaitons une maison fonctionnelle et cela me donne envie de m'organiser, de tout préparer pour que tout ait une place bien définie : les papiers à tel endroit, les livres à leur place, les vêtements dans le dressing, les recettes à la cuisine, les bricoles ... à la poubelle !! J'entasse mais finalement, je me rends compte que la plupart de ces bibelots n'ont plus la valeur sentimentale que je leur accordais et prennent de la place ... et la poussière plus qu'autre chose.

 

 

Parfois, la poussière c'est joli ... parfois ...

Parfois, la poussière c'est joli ... parfois ...

Bref, on construit dedans, on fait de la place dehors. Le Mini fait son travail et nous on lui crée une jolie maison où il pourra s'épanouir, je l'espère, autant que nous !

 

Et vous, de grands projets pour cette année ?

Published by Ginie
commenter cet article

Ginie Et Ses Post-It

  • : Ginie, son pêle-mêle et les post-it qui vont avec
  • Ginie, son pêle-mêle et les post-it qui vont avec
  • : A mon âge, plein de choses nous passent par la tête ; un aperçu de ce qui passe dans celle de Ginie
  • Contact

Un post-it en passant

    Blog en pause ...

Retrouvez-moi sur Facebook (Ginie Pêle-Mêle)

ou sur Instagram (ginie_pelemele) !!

Trop De Post-It ?

Mon pêle-mêle sur Hellocoton

Suivez-moi sur Hellocoton

Retrouvez pelemeleginie sur Hellocoton

Mon pêle-mêle sur Facebook