Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
21 février 2012 2 21 /02 /février /2012 14:00

Je crois que je suis tombée dans la bonne génération ... ou pas !

 

Pas la bonne car c'est nous qui prenons la crise en pleine figure et sommes sur le point de faire exploser des chiffres qui plus ils sont petits plus ils sont mignons !

 

La bonne par contre pour un sujet qui est revenu dans l'actualité il y a quelques jours : les prénoms ! Personne n'ignore le parcours que des parents prêts à tout pour appeler leur enfant Titeuf viennent de suivre. Je sais, en principe, on dit "endurer un parcours" mais là, je n'ai en ai aucune envie !

 

Tchô !

 

A l'école, j'ai eu la chance de passer entre la génération aux prénoms influencés par les séries des années 70 et la génération influencée par les séries des années 90. Je crois même qu'en primaire, il n'y a jamais eu 2 personnes portant le même prénom (tiens en écrivant ça, je me souviens qu'en CM2, il y a avait quand même 2 ... Edouard). Des prénoms "classiques", en veux-tu en voilà ! Pas de Brandon, pas de Kelly, pas de Sue Ellen, ... Même mon prénom reste dans cette tendance ; et pourtant, j'ai failli m'appeler Santa Barbara (merci Papa !!).

 

Ces dernières années, on est plutôt dans l'originalité au niveau des prénoms ; sur les 3 derniers bébés nés dans mon entourage, 2 ont des prénoms que je n'avais jamais entendu avant. L'un est un arrangement d'un prénom qui occupe le top 10 des prénoms les plus donnés depuis quelques années ; pour l'autre, le père pensait avoir inventé le prénom mais il s'avère que c'est un prénom que l'on retrouve plusieurs fois dans l'Antiquité grecque (c'est d'ailleurs le seul résultat que j'obtiens en entrant le prénom sur le Net).

 

Oui mais voilà il y a originalité et originalité ! Vouloir à tout prix se démarquer ne fait pas mouche à tous les coups. La preuve : appeler son enfant comme un héros de BD quand il s'appelle Alix, Michel ou Léonard, passe encore mais ... Titeuf !! Quand je pense à tout ce que j'associe à ce prénom, je n'ose imaginer la façon dont des enfants pourraient déformer ça dans la cour de récré, que ce soit en primaire, au collège ou même au lycée ! Entre les "tchô" et toutes les expressions autour de l'anatomie des petits mecs, j'imagine la quête d'identité permanente du gamin ... et la rancoeur qu'il pourrait avoir à l'encontre de ses parents le jour où il découvrira ladite BD.

 

Je ne suis pas encore maman mais ça me démange ... et je ne suis pas la seule ; d'ailleurs, la question du prénom est un sujet qui revient souvent dans mes discussions avec l'Homme.

Et je peux vous garantir que mon fils ne s'appellera pas Titeuf ... pas plus que ma fille ne s'appellera Clitorine !!

 
Repost 0
7 février 2012 2 07 /02 /février /2012 07:30

J'ai lancé ce blog sans vraiment savoir où il me mènerait. Petit à petit, j'ai découvert, merci Hellocoton, d'autres blogs, d'autres univers. Certains m'ont marqué plus que d'autres, certains reçoivent au moins une visite quotidienne de ma part, certains passent plus facilement dans la catégorie "à lire plus tard" que d'autres ...

 

Bref.

 

Je n'ai jamais eu l'intention de régner sur la blogo ; j'arrive trop tard pour ça et, de toute façon, étant donné l'orientation de mon blog, ça ne risquait pas de marcher ! Certaines blogueuses sont tellement talentueuses que, quand je les lis, je me dis qu'elles doivent avoir fait ça toute leur vie, qu'elles ont un don.

 

Moi, j'aime écrire ; depuis toujours.

Quand j'avais 9 ans, j'ai commencé à écrire une histoire, comme ça, pour le plaisir d'écrire.

Quand j'avais 13 ans, j'ai écrit un journal intime, comme ça, pour le plaisir d'écrire n'importe quoi.

Et puis, à 24 ans, j'ai décidé d'écrire un blog, comme ça, pour le plaisir d'écrire. Cela faisait quelques mois déjà que j'avais découvert la blogosphère et ce qui pouvait s'y écrire. Je me suis donc dit qu'un blog "pêle-mêle" serait ce qu'il y a de mieux : je ne suis pas une photographe, je ne suis pas à la pointe de l'actualité et encore moins de politique (à moins de circonstances très graves, je ne parlerai jamais de politique ici, ça n'a rien à faire là), je ne suis pas créatrice ni créative, je ne vais pas me marier et, par dessus tout, je ne suis pas mère et encore moins enceinte !

 

Mais, ce blog, j'ai eu envie de le faire, de l'écrire ; pour moi, parce que je prends plaisir à le remplir, à raconter mes anecdotes, ma vie et tout ce qui va avec. J'ai conscience que mes sujets peuvent paraître légers mais, je sais qu'un jour, j'aurai la force, le courage, la détermination, le culot (c'est comme vous voulez) d'écrire un article plus impliqué, plus engagé sur tel ou tel sujet. Les réactions, constructives bien entendu, sont toujous intéressantes à lire.

 

Cette idée d'article m'est venue à la suite des différentes polémiques dont vous avez parlées les unes et les autres. Quand je vois le déchaînement que les blogs de maman, je vais être honnête, ça me fait peur. J'en viens même à m'interroger sur l'avenir de mon blog le jour où je me retrouverai avec un petit pois dans le ventre ; je vous rassure ou pas, j'ai le temps d'écrire encore un paquet d'articles avant que ça n'arrive ! Je ne parle pas non plus du jour où le nombre de passages sur mon blog rendront pertinente la présence d'articles sponsoriés ... De là à ce qu'on traite de blog de page commerciale ... Enfin, vous voyez de quoi je parle ...

 

L'autre avantage d'un blog comme celui-là, c'est que je n'ai pas de "troll" ; je n'ai encore jamais eu de commentaire désobligeant, mon blog n'a il me semble jamais été montré du doigt. Et rien que pour ça, je compte bien continuer à le tenir ...

 

Jusqu'au jour où l'envie sera moins présente ...

 

Mais d'ici là, je prendrai toujours autant de plaisir à lire vos commentaires et à aller vous lire en retour (ou pas en retour d'ailleurs quand je vois le nombre de blogs que je lis et le petit nombre de commentaires que je reçois ...).

 

Ca fait longtemps que cet article traîne dans mes brouillons ; ça fait longtemps que j'ai envie de donner mon point de vue sur ces polémiques qui pourrissent les discussions sur la blogo ... (j'hésite à ajouter pour des broutilles ...).

 

Moi, j'écris pour le plaisir, et uniquement pour ça ; la reconnaissance, je l'aurai ailleurs !!

Repost 0
17 janvier 2012 2 17 /01 /janvier /2012 10:40

C'est un fait, ce n'est pas le mois que je préfère !

 

Déjà, ça veut dire que Noël est passé !

 

DSC03962.JPG

Oui, même au ski, on emmène un sapin !

 

Ensuite, il y a les soldes ! Vous pouvez dire tout ce que vous voulez mais j'aime pas les soldes ; je ne suis pas une férue de shopping ! La preuve, la seule chose que j'aie acheté cette année ce sont des bottes dont j'avais vraiment besoin ! Si, si je vous jure : j'avais 2 paires de motardes, une basse une haute, une beige, une marron (je vous laisse faire les associations ) ; problème : les hautes ont commencé à prendre l'eau par l'avant (les chaussettes mouillées c'est très moyen !) et les basses ont eu un "incident de parcours" : la dernière fois que je les ai portées, j'ai passé 10 minutes à penser que j'avais des cailloux plantées dans le caoutchouc de mon talon ... pour découvrir qu'en fait ledit caoutchouc s'était fait la malle et que c'était toutes les bosses de la deuxième partie du talon qui passaient pour des cailloux ! Donc, zouh zuh pets oui je dis encore zouh, à la poubelle les bottes ... Ou plutôt : dans le sac pour la pyramide de chaussures de septembre !

Du coup, vendredi dernier, en allant m'acheter de quoi déjeuner à Bellecour, je me suis arrêtée devant le magasin de chaussures dont le nom ressemble à une lettre près à un magasin de lingerie et de vêtements et j'ai trouvé ça :

 

Et même qu'ils vendaient la deuxième avec !

 

Je peux vous dire qu'après les avoir porté deux jours, je n'ai même plus la moindre petite pensée pour mes motardes, tant j'apprécie avoir les pieds et les jambes entourées de douceur ! Et puis, vu le froid qui plane sur Lyon depuis samedi, je suis bien contente de les avoir acheté, même avant la deuxième démarque !

 

Page des soldes tournée, je continue sur ma lancée Schtroumpf-grognonesque !

 

Moi, j'aime pô janvier !

 

Depuis 2004 et mon bac, je ne sais plus ce que signifie "mois de janvier cool". Dans mon ancienne fac, janvier rimait avec partiels dès le lundi de la rentrée !

 

L'année dernière, ça allait à peu près vu que je bossais à ce moment là et que le début d'année allait doucement.

 

Cette année, janvier signifie encore période de stress : déjà, à la maison, tout n'est pas au beau fixe avec l'Homme ... Les disputes se suivent et se ressemblent et ont atteint leur sommet dimanche soir où j'ai vraiment pensé que le lendemain signifierait un retour chez mes parents. Ne me plaignez pas, les torts sont partagés et pas forcément à mon avantage ! Je vous rassure, ça va mieux.

Et puis, il y a la fac : janvier signifie recherches de stage pour toute ma promo. Sur une trentaine, pas un n'a trouvé de stage à l'heure actuelle ! Notre spécialité n'est pas assez reconnue car trop récente. La preuve : j'ai demandé à A s'il y avait de la place dans le cabinet où elle travaille et elle m'a répondu qu'ils faisaient certes du droit des affaires mais ne traitaient pas du tout ma spécialité. Heureusement que je peux chercher sur Paris (merciiiiii mes cousins !!!!) ... même si ça ne donne rien pour le moment !

 

Heureusement qu'il y a mes montagnes, que je rejoins vendredi soir, pour me dire que, finalement ...

C'est bien janvier !

 

Et vous, il y a un mois que vous aimez moins que les autres ?

Repost 0
6 décembre 2011 2 06 /12 /décembre /2011 18:45

Officiellement, j'ai la tête sous l'eau ...

 

En réalité, je suis au fond ...

 

Officiellement, je ne sors plus de mes bouquins et de mon ordi depuis dimanche matin après-midi ...

 

En réalité, je lutte pour ne pas balancer mes livres à l'autre bout de la pièce et fermer ces foutus documents Word tels que, comme ça par hasard, "Dossier - première partie", "Traitement conventionnel des litiges", "Dossier - Bibliographie" ... pour traîner sur FB, sur HC ou n'importe quel autre site qui ne demande pas trop d'effort ...

 

Officiellement, j'en suis à la moitié du parcours ...

 

En réalité, j'en suis à la moitié du parcours mais la moitié restante est aussi difficile voire encore plus que la première.

 

La première moitié a consisté à faire entrer 25 personnes chez nous sans problème d'une quelconque nature, on l'a fait ! Elle a aussi consisté à me présenter à un partiel où jusqu'à ce que je m'évanouisse prenne connaissance de ma copie, je ne voyais pas du tout ce qui m'attendait ! Du coup, pour me venger, je suis allée me faire envie devant les bijoux que ma mère vend jusqu'à demain *mode Ginie baveuse ON*.

Cette seconde moitié va consister à réviser un partiel que je n'ai aucune envie de passer (comment ça, c'est un pléonasme ?!!) mais aussi à finir un dossier qui s'avère plus compliqué à conclure que je ne le pensais et qui me prend pas mal d'énergie.

Je n'arrive même plus à me réjouir du programme very light qui m'attend jusqu'au 24 janvier, c'est dire !

 

Je vous laisse, je retourne sous l'eau !

Repost 0
4 juin 2011 6 04 /06 /juin /2011 13:17

Chaque année, que ce soit à l'occasion de la Journée de la Femme, d'un nouveau scandale dans les hautes sphères, d'une récidive plus affligeante que la précédente, on nous ressort le couplet sur la mysoginie, le féminisme, bref le sexisme en général.

 

 

Je ne me définis pas comme féministe ; en revanche, je n'accepte pas la différence de traitement qu'une femme peut subir, que ce soit au boulot, dans la rue ou chez elle. Les femmes abusivement licenciées au retour de leur congé maternité, les femmes agressées ou traitées comme de la marchandise dans la rue, les femmes considérées comme des choses une fois la porte poussée ...

 

 

Ma mère est née dans une famille où les hommes ont toute puissance. Mon grand-père, que j'adore pourtant, a attendu 40 ans avant d'admettre qu'avoir une fille (après 3 garçons), finalement, c'était bien. A ma naissance, ainsi qu'à celle de ma soeur, mon grand-père a félicité ma mère sans vraiment s'emballer ; celle de mon frère a été un évènement : le dernier petit-enfant était un garçon !!

 

Mes parents, en revanche, nous ont élevé pour que nous apprenions à être indépendants notamment financièrement ... "On ne sait jamais" disaient-ils. Paradoxalement, ma mère s'est inquiétée du fait que j'allais "gagner plus que l'Homme" ... Comment peut-on être autant contradictoire ? Ma mère a travaillé jusqu'à ce qu'elle tombe enceinte ; elle a brièvement travaillé avec mon père quand nous étions petits puis est devenue mère au foyer à temps plein. Ce choix, elle l'a fait en connaissance de cause, en sachant que mon père pourrait nourrir une famille de 5. Quand j'étais petite, je voulais être comme elle ; et puis, j'ai découvert la perspective qu'offrait le fait de faire des études, le fait d'avoir un travail, de ne dépendre de personne.

Et j'ai changé d'avis.

 

Mon boulot actuel me plaît. Pour une première expérience professionnelle, il est proche du parfait. Mon contrat est censé se terminer à la fin du mois ; un renouvellement est fortement envisagé, mais point d'embauche à l'horizon. Je fais ce que je peux pour ne pas avoir de temps mort dans ma vie professionnelle toute neuve, je sais que ce ne sera pas toujours évident, que je ne suis pas née dans la bonne génération, que les recruteurs face auxquels je me retrouverai verront un ventre rond dans un futur plus ou moins proche.

Mes choix auront le temps de changer, d'évoluer mais actuellement, je compte bien être une working mum. J'aime travailler, partager avec mes collègues, contribuer à des projets, me sentir utile (je ne dis pas qu'être MAF est inutile, ce serait mentir !!).

 

Quel avenir m'attend ? Je n'en sais rien. J'espère juste que les mentalités vont effectivement évoluer face à la place des femmes dans les entreprises, à celle des MAF qui, non messieurs, ne passent pas leur journée à tourner en rond en attendant que les enfants rentrent de l'école, face à cette hypocrisie ambiante qui consiste à dire "nous traitons les femmes sur un même pied que leurs équivalents masculins ... mais seulement en apparence".

 

Je ne suis pas féministe, mais certains combats valent la peine qu'on y participe !

 

 

Bon week-end !

Repost 0
30 mars 2011 3 30 /03 /mars /2011 07:17

Je ne sais pas parler ...

 

Je sais aligner des mots, faire des phrases, construire un argumentaire (contrairement à ce que mes profs pouvaient penser, ils ne comprenaient rien c'est tout !).

 

Mais je ne sais pas me lancer, dire ce que je pense, me décharger de ce qui me pèse.

 

J'ai presque toujours été maladroite quand j'avais quelque chose à dire ; dernière preuve en date : l'annonce de mon déménagement à mes parents : pas l'endroit, pas le moment, bref, pour finir belle cata et j'ai fini en larmes (trop de pression tue la pression !).

 

Je suis une maladroite du langage ; quand je veux faire une remarque à quelqu'un (gentille la remarque, faut pas croire !), le ton que j'emploie ne correspond pas forcément à celui que je veux faire passer et mes paroles sont parfois prises comme une agression ...

 

Alors, je préfère me taire, ne rien dire. La parole est d'argent mais le silence est d'or ; vu que j'aime bien l'or blanc, j'opte pour le monde du silence. Je me souviens qu'en 6°, j'avais choisi comme activité du jeudi midi "chorale" (tout ce que j'en retiens c'est que je chante "Les anges dans nos campagnes" sans perdre mon souffle à chaque messe de Noël !!) ; un jour, notre prof nous a demandé ce que nous aimerions pendant toute une journée si nous avions le choix. Quand est arrivé mon tour, j'ai répondu "ne rien dire" ; je crois que ma solitude de l'époque expliquait beaucoup de choses mais, sur le coup, ça n'a pas été bien compris et ma prof avait pris un air choqué, elle qui avait toujours quelque chose à dire.

 

J'ai eu une période où je parlais beaucoup, voire trop. Quand j'ai connu mon Homme, il avait certaines ambitions professionnelles mais ce n'était que des idées, pas des projets sur le point d'aboutir ; pleine de confiance, j'en parlais à mes parents pour qu'il sahe où il en était. Je suis tombée de très haut le jour où j'ai su qu'il passait pour un vélléitaire, qui change d'avis comme de chemise. J'ai tellement été blessée que je me suis renfermée comme une huître et que j'ai décidé de ne plus dire que ce qui pouvait être important.

Mon père me l'a reproché, lui qui se tait la plupart du temps et ne me parle que pour me dire de me fier à son expérience, sans se dire que ça serait peut-être une bonne idée que je me construise la mienne (où est l'intérêt  de vivre sa vie sinon ?).

 

Aujourd'hui, je livre les infos au compte-goutte ; je réfléchis oui, ça m'arrive longuement avant de dire ce que j'ai envie de dire et, quand j'ai un doute, j'en parle à mon Homme qui, avec son recul, a appris à cerner mon père et l'interprétation qu'il pourrait donner à mes propos.

 

Parlons peu, parlons bien serait en quelque sorte mon nouveau credo ...

 

Je vous rassure, je suis championne du monde des piplettes avec mes copines ! Sans doute une compensation de ma période "solitaire" où la seule à qui je pouvais me confier ... c'était Pam !

 

 

Et vous, piplette, muette ou calculette ?

(oui, c'est pour la rime, je voulais dire calculatrice-de-ce-qui-sort-de-votre-bouche) ?

 

 

Bonne journée !

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Repost 0

Ginie Et Ses Post-It

  • : Ginie, son pêle-mêle et les post-it qui vont avec
  • Ginie, son pêle-mêle et les post-it qui vont avec
  • : A mon âge, plein de choses nous passent par la tête ; un aperçu de ce qui passe dans celle de Ginie
  • Contact

Un post-it en passant

    Blog en pause ...

Retrouvez-moi sur Facebook (Ginie Pêle-Mêle)

ou sur Instagram (ginie_pelemele) !!

Trop De Post-It ?

Mon pêle-mêle sur Hellocoton

Suivez-moi sur Hellocoton

Retrouvez pelemeleginie sur Hellocoton

Mon pêle-mêle sur Facebook